Notre séjour s’est déroulé du 5.11.2010 au 12.11 2010.

Après avoir passé deux jours à Dakar dans la famille de Xavier, qui était absent, nous sommes descendu en Casamance en taxi brousse. Nous avons été accueillis par Boubacar qui réside à Niaguis où nous avons passé le reste de notre séjour. Nous sommes remontés sur Dakar sur l’effigie d’une star nationale : le bateau « Siloe Diatta. »

 

 

 

 

 

 

 

 

Présentation de Niaguis
Administration : La communauté rurale de Niaguis est situé en Casamance, et est rattachée au Département de Ziguinchor. Son chef lieu est Niaguis. La CR de Niaguis comprend les villages suivants :

  • Baraf
  • Boucoutte Mancagne
  • Boulome
  • Boutoute
  • Djibélor
  • Djifanghor
  • Fanda
  • Gouraf
  • Mandina Mancagne
  • Niaguis
  • Sône
  • Soucouta

Situation Géographique : Au Sud du Sénégal, non loin de la frontière avec la Guinée Bissau. Niaguis se situe sur la rive gauche du Fleuve Casamance et est traversée par la N6 qui relie Ziguinchor à Kolda
Population :
Lors d’un dernier recensement, la CR comptait 7895 personnes.

Zoom sur le chef lieu « Niaguis » :
Population :
Compte 1552 personnes.
Religion :
La population est majoritairement de confession Musulmane, l’autre partie de confession Catholique.
Activité économique :
Tournant principalement autour de la pêche, de la récolte de noix de cajou et de l’arachide.
Vie du village :
Un Village qui avance, les femmes du GIE, du poste santé, les enseignants et parents d’élèves, l’association des jeunes mais aussi Boubacar, le porte parole, tout le monde s’active pour le développement du village malgré un Etat déresponsabilisé.

Entre Kassumay et Niaguis :
C’est, entre autres à l’association KASSUMAY que la population exprime ses projets et ses besoins, donnant sa confiance en l’association qui s’occupe déjà de doter en fournitures scolaires l’école élémentaire de Niaguis.Classe Niaguis

 

 

 

 

 

 

Parrainage et soutien à l’éducation :
L’accès à l’éducation collective est perçu par la population comme une réelle perspective d’avenir. Depuis la construction de l’école élémentaire du village de Niaguis, financée en partie par l’association Kassumay (5 classes et autres aménagements) , les élèves, parents d’élèves, enseignant et dirigeants déploient force et énergie pour que l’instruction des bases de l’apprentissage soit une force pour tous et puissent demeurés. L’école de Niaguis est même accessible aux enfants dits déplacés c’est à dire loin ou sans famille. Et il y a environ dix de ces enfants dans chacune des classes de l’école élémentaire.
C’est alors dans un climat de confiance que KASSUMAY finance les fournitures scolaires de l’établissement par un système de parrainage avec certains membres de l’association, système reproduit également sur d’autres villages.

Mais aujourd’hui, les conditions scolaires se sont fortement dégradées liées au délabrement des salles de classes vieillissantes. Les acteurs du développement de l’école ont alors décidé de solliciter un entrepreneur du village pour qu’il fasse dons de son savoir. Aussi, l’Association des Jeunes pour la Rénovation de Dounia quartier de Niaguis à exprimer sa volonté de participer bénévolement, aux travaux concernant la chape des bâtiments (réagrage). L’association KASSUMAY a quand à elle financé de la peinture pour l’extérieur des salles de classes et, est maintenant sollicité pour aider au financement du bétonnage des sols et de la rénovation des fenêtres.

Comprenons que pour les populations comme pour KASSUMAY, le développement est dans l’éducation ce qui en fait la priorité.
C’est dans ce contexte qu’un projet très important pour la population a vu le jour, celui d’ériger le petit collège du village, en Lycée. Car il y a également à Niaguis un petit collège avec quinze salles de classe, la création d’un bâtiment de quatre classes supplémentaires permettrait que l’état accorde à ce dernier le statut de lycée.

1. Projet concernant l’obtention d’un lycée dans le village :

Contexte et justification du projet :

Actuellement les jeunes en âge d’entrer au lycée doivent aller jusqu’à l’établissement le plus proche qui se situe en ville à Ziguinchor. L’éloignement à beaucoup de répercutions sur la situation sociale des jeunes. Contraints de quitter le foyer, le cadre familial est déstructuré. Les familles du village n’ayant pas de véhicule, les taxis sont chers et les routes sont délabrées. La perte de temps, d’argent et de repère lié à la seule difficulté de se déplacer dans la région est un réel obstacle aux études. Certains jeunes ont la chance d’avoir de la famille qui puisse les héberger à Ziguinchor mais pour les autres la vie, les logements y sont chers et dans le contexte de précarité dans lequel vit la population de cette région, il est difficile de penser à loger son enfant près du lycée. Alors certains s retrouvent livrés à eux mêmes et sont alors tenter de gagner un peu d’argent en ville avec les seules possibilités qui se présentent à eux : mendicité, vols… autant de facteurs de risque de déscolarisation et d’échec scolaire.

C’est pour cela que pour les habitants de Niaguis et des villages alentours, ce projet est LA Priorité !

Sur le plan logistique, derrière le collège un terrain constructible est prêt à accueillir le bâtiment de 4 classes qui permettrai l’obtention du statut collège et lycée. Les habitants ont bien réfléchi ce projet. Le conseil du village de Niaguis s’est réuni en assemblée générale et comptent solliciter l’association Kassumay et les élus de la Mairie de Veurey pour un coup de pouce en faveur du développement de l’éducation. Un premier devis estimatif a été réalisé.

A propos de la bibliothèque :

Les ébauches de construction sont à l’arrêt depuis plusieurs années faute de moyens.
Photo (l’état du chantier en Novembre 2010 ).

 

 

2. Projet concernant l’aide au financement de la clôture du Jardin :

 

Une partie des femmes du village se sont regroupées pour formée le GIE, le Groupement d’Interet Economique.
Avec une petite cotisation chacune, elles ont pu acquérir une parcelle de terrain dans le village avec l’accord du conseil. Elles ont alors délimité un Jardin dont elles s’occupent ensembles et dans lequel chacune des femmes possèdent un lopin, qu’elles travaillent avec leurs propres outils artisanaux, et beaucoup de courage. Les récoltes sont avant tout destinées à nourrir les familles.

Concernant la clôture, les femmes ont décidé de protéger leurs récoltes en contribuant chacune au financement d’un petit grillage mais qui a très vite fait son temps et s’est affaissé. Il jonche le sol et les chèvres le franchissent facilement, elles saccagent et dévorent le travail des femmes Les récoltes sont ainsi amoindris à causes d’animaux et autres nuisibles qui gâchent lourdement les efforts fournis. Il y a donc peu de surplus qui peut être destiné à la vente et donc peu de bénéfices qui pourrait permettre l’achat de semences ou l’entretien du jardin.

Nous avons alors sollicité l’association KOKOPELLI semencier en Agriculture Biologique, sur nos projets de soutien et de suivi des jardins, celle ci nous a alors fait dons de sachets de semences. Des lots de semences ont été distribués lors de visites successives de membres Kassumay, à Niaguis, entre autre, et ceux depuis juin 2009. Les résultats sont positifs, suivi de prés par KASSUMAY et KOKOPELLI, le partenariat continu.

Dans la communauté de Niaguis, un technicien horticole est chargé d’aider les jardins communaux. Le contact a été établi avec lui. Les femmes se sont organisées pour ramener de la brousse, des branches suffisamment grandes qui pourraient être le support pour un grillage plus haut et plus solide. L’objectif de ce projet est de trouver un moyen d’aider au financement du grillage qui permettrait la préservation du travail de ces femmes qui permet l’alimentation de nombreuses familles. Un devis a été demandé par Boubacar Sow auprès de « SARA Matériaux » pour la fourniture de grillage.

3. Projet concernant l’aide à l’équipement de la maternité rurale et du centre de santé :

« Organisation » du système de santé sur le chef lieu de Niaguis et ses alentours :

Sur le chef lieu de Niaguis les structures de soins identifiées en tant que telles sont :

. Un Dispensaire géré par une association Protestante, les habitants rapportent que les soins y sont très chers, il semblerait que les habitants y ont de moins en moins recours. Ces propos n’ont pu être objectivés lors de notre voyage.

. La Maternité rurale qui est le recours principal pour des soins de toutes sortes aux habitants non seulement du chef lieu Niaguis mais aussi de ceux des villages alentours.

. L’hôpital de Ziguinchor de dernière intention, lorsque la maternité ne peu plus répondre aux besoins de santé, dans certaines situations d’aggravation de pathologies comme le paludisme ou lors de grossesse et d’accouchements à risques nécessitants par exemple une césarienne.

Contexte et justification du projet :

La maternité est donc la principale structure de soin du chef lieu Niaguis et de sa périphérie, un système de santé peu développé qui a peu de moyens pour assumer et accueillir

toutes les responsabilités qui lui sont confiées : suivis de grossesses, accouchements, consultations diverse : soins primaires, prise en charge des pathologies infectieuses…

Le personnel de la maternité est composé d’un pharmacien, d’une Sage-femme et d’une faisant fonction d’infirmière considéré comme du personnel communautaire. Ces trois personnes sont seules à gérer cette structure très sollicitée.

A la maternité les soins sont peu coûteux mais restent payant et dans le contexte de précarité dans lequel vie la population, les soins sont souvent dispensés gratuitement. Cette structure ne bénéficie d’aucune aide, elle s’auto finance par le biais des forfaits payés pour les accouchement, consultations diverses et légers bénéfices sur la revente des médicaments. Cela représente des recettes à peine suffisantes pour permettre la survie de cette structure. Faute de ne pouvoir financer du matériel plus adéquat, certaines prises en charge ne sont pas appropriées.

 

. En cours :

Actuellement un projet de construction d’un poste de santé est en cours et mené par une autre ONG « Padaka », dont les projets sont axés sur la « reconstruction de la Casamance. »

Ce centre devrait être construit selon les professionnels de la maternité d’ici 6 mois. L’Etat aurait donné son accord pour le financement d’un poste infirmier.

L’emplacement destiné à la construction de ce centre se trouve à côté de la maternité rurale de Niaguis.

. Objectif :

– Que la maternité puisse bénéficier d’un équipement correct.

– Que le centre de santé puisse être une structure d’accueil fonctionnelle, au service du soulagement des maux de la population

– Que des soins de qualités puissent être garantis à la population à un coût accessible.

– Améliorer l’accueil des malades

– Améliorer les conditions de travail du personnel au service de la population

. Projets :

Il s’agit d’aider la maternité rurale et la mise en fonction du centre de santé en lui permettant de bénéficier de matériel médical adéquat :

– Renforcement de l’équipement de la maternité : lits draps, potences, guéridons, plateaux, Boîte d’accouchement…permettrai d’améliorer l’hygiène des soins et le confort des patients.

Actuellement le manque d’équipement et la principale barrière à la qualité des soins.

– Aider à l’équipement du centre de santé qui s’avère être une nécessité pour répondre aux besoins sanitaires de la population. Cela permettrai la prise en charge des soins de santé du village et des villages voisins et ainsi permettrai à la maternité de se consacrer à la prise en charge des femmes et des nouveaux nés.

 

A aussi été évoqué par le personnel de santé de la maternité :

– les difficultés qu’ils rencontrent dans le cas où les états de santé des patients les dépassent et qu’une évacuation vers l’hôpital de Ziguinchor est nécessaire. Très peu d’habitants disposent d’un véhicule, il faut donc attendre qu’un taxi passe, ce qui représente un délai d’attente qui met en danger le patient (accouchements compliqués nécessitants une césarienne, décompensations somatiques…), un véhicule communautaire faisant fonction d’ambulance faciliterai l’évacuation des malades vers l’hôpital.

Projet présenté à Héléne de l’association, avec qui nous avons identifié des informations manquantes qu’il serait intéressant d’essayer de recueillir lors du voyage de Décembre 2010 :

– Renseignements concernant l’association qui finance la construction de la case de santé pour éventuellement se mettre en contact avec eux et voir si ils ont des idées de projet concernant l’équipement médical de la case.

– Voir évolution de la construction du centre de santé

– Il serait intéressant de pouvoir réévaluer la demande des professionnels de la maternité.

– Essayer de prendre contact avec le dispensaire de l’association protestante pour voir le fonctionnement et comprendre pourquoi les habitants n’y ont plus recours. (couts trop élevés ?)

( Assoc à consulter : http://www.casaespoir.org//modules/smartsection/item.php?itemid=12 )

4. L’Eglise du village

De confession majoritairement Musulmane, le village comprend une mosquée en état. La minorité Catholique ne bénéficie pas d’un lieu de culte en état, en effet l’église est très délabrée. Le délabrement avancé des fondations représente un risque d’effondrement et ne permet donc plus aux pratiquants de se réunir en son sein. Les habitants nous ont interpellé pour solliciter auprès de l’association une aide éventuelle pour la reconstruction ou rénovation de l’église.

5. Décortiqueuse à Mil

Pour le projet d’acquisition de la broyeuse à mil, porté par l’Association des Jeunes pour la Rénovation de Dounia (quartier de Niaguis), l’A.J.R.D., et son président Amady Seydi, l’aide a un financement d’une partie du montant nous a été demandé.

Philippe Seret – Aude Loubier

Toutes les photos

Powered by Cincopa WordPress plugin

 

Laisser un commentaire